BIOGRAPHIE

BIOGRAPHIE

ÉDITO

Tout au long de mon parcours d’artiste lyrique, j’ai été animée par la volonté de me surpasser pour mieux m’exprimer. Cet état d’esprit dans ma vocation de cantatrice comme dans celle, dans un second temps, de pédagogue m’a beaucoup apporté. Il est une source de progrès, d’évolution positive et constructive. Tant sur le plan personnel que relationnel. Il rend meilleurs mes échanges et mon partage avec le public, avec mes participants et mes collaborateurs. J’ai toujours défendu l’importance de la communication, de la médiation, de la transmission.

Ce sont pour moi les gages d’une réussite au coeur des relations, des interactions et de la pédagogie. Le fait d’en prendre conscience et d’en observer les premiers résultats a été pour moi un déclic, un tournant dans ma carrière. J’ai réalisé à quel point mon expérience et les moments de passion que j’ai vécus par mon métier, avaient un sens d’utilité publique et sociale. Un sens éducatif et fondamental, visant à perpétuer le goût de mon art à travers les autres et pour les autres. Comme j’ai eu la chance et l’honneur de l’apprendre et de l’aimer moi-même par voie de transmission.

Le développement de mon enseignement a trouvé sa juste valeur au fil des années d’expérience. Avec le soutien des institutions j’ai rendu accessible ma pratique et mes théories à tous, dans tous types d’établissements et pour tous les milieux sociaux. Je me suis aperçu que les excellents résultats obtenus, individuellement et collectivement, reposaient avant tout sur des notions décisives. La confiance en l’autre et en ses capacités en demeure la principale. Elle est créatrice de volonté et porteuse d’espoir.

Elle peut changer complètement la vision des choses ou la vie d’une personne. J’en ai constaté souvent la preuve : de nombreux participants, en se surpassant, ont compris que leurs efforts leur ouvrent la voie d’une évolution. Pourtant quelques mois plus tôt celle-ci leur paraissait bloquée, inaccessible. Ils reprennent confiance en soi, nourrissent de l’espoir, de l’estime de soi, du rêve alors que trop souvent ils en ont été dépossédés.

Il reprennent également goût à la combativité, au sens de l’initiative, de l’autonomie, de la responsabilité. Ils n’ont plus peur du changement. Ils ressentent un déblocage libérateur, de la fierté de participer à une œuvre en public, du bonheur de recevoir la reconnaissance de l’auditoire, une volonté de s’ouvrir et de s’épanouir, le sentiment qu’ils existent autrement, une reprise en main de leur destin, une victoire sur soi-même. Ils ont une prise de conscience constructive.

Si bien que les résultats ne se traduisent pas seulement par un spectacle final applaudi et une satisfaction d’avoir été au bout de leur détermination. Les participants à la fin du projet démontrent un changement concret, positif, bénéfique. Ils osent désormais et s’affirment. Certains reprennent des études abandonnées, d’autres changent d’orientation professionnelle, d’autres poursuivent dans l’artistique, d’autres se remettent sur les rails de l’emploi… C’est l’illustration d’une efficacité sur le terrain, que j’ai découverte et expérimentée en oeuvrant dans ma pédagogie. Parce que cette méthodologie ne se limite pas au chant.

Elle peut se transposer dans tous les domaines, pour tous les profils de la population, toutes les origines, sans distinction d’âge, de sexe, de niveau. En ce sens elle est d’intérêt général et ne se limite pas à ma seule compétence. Elle reste à la portée de tous les enseignants. Elle est très utile à la vie sociale puisqu’elle favorise le renouveau de confiance en soi et en les autres. Elle créé ou rétablit du lien, génère de la force, de la bienveillance et du mieux-vivre ensemble. Elle permet à des personnes en mauvaise posture de repartir sur d’autres bases, de se relever socialement, de se ressaisir moralement, psychologiquement, physiquement.

Elle permet de croire en de nouvelles perspectives et de se donner les moyens d’atteindre ses objectifs. L’art d’enseigner n’est donc pas qu’un outil de transmission de connaissances. Il devient par ce biais un instrument thérapeutique et un révélateur de qualités, de valeurs, de dignité, de force, de lucidité, de talent, de virtuosité. Un ré-activateur de sens, de dynamisme et de motivation.

Il place l’humain et la société au coeur d’une démarche de développement et de réussite sociale. C’est autour des caractéristiques de cette réalité que j’ai choisi de faire connaître mon engagement. Il a besoin d’un soutien inconditionnel pour décupler ses effets et les répandre massivement.

Notamment de la part des institutions pour qui la recherche d’une amélioration socio-économique reste leur leitmotiv principal.

Malika Bellaribi, la vraie diva des cités, dont le téléfilm est adapté de son livre au titre éponyme des « Sandales Blanches », paru chez Calmann-Lévy en 2008

BIOGRAPHIE

La DIVA Malika BELLARIBI-LE-MOAL – Voix en Développement

Malika Bellaribi-le-Moal est une cantatrice mezzo-soprano. Une chanteuse lyrique reconnue, dont la carrière internationale depuis plus de 20 ans et la personnalité rayonnent autant dans les salles de proximité modestes que sous les ors des plus grands opéras du monde. Elle mène une carrière de soliste internationale depuis 1987. Parallèlement à la création de spectacles d’airs d’opéra, elle propose des concerts « à la carte » sous forme de récitals ou de concerts de musiques sacrées.

Le coeur à l’ouvrage n’a jamais pris une forme aussi concrète qu’à travers la vie et l’implication de Malika : si sa passion lui vaut tous les honneurs elle ne s’en contente pas. Elle en partage les secrets avec force, courage et patience, dans une démarche associative altruiste et consciencieuse.

Malika atténue depuis plusieurs années le rythme de ses concerts, au profit d’ateliers dans lesquels elle transmet son savoir, sa technique, sa pratique artistique en compagnie et avec le soutien de son mari Christian. Lequel est également psychothérapeute, coach et chanteur lyrique amateur. Et comme la grandeur d’âme s’accompagne toujours d’actes à vocation mémorable, Malika met sa pédagogie au service des plus défavorisés. De fait elle rend son art, aux accents élitistes, accessible à tous.

Son parcours prestigieux de Diva doit sa singularité à un événement majeur dans sa vie d’enfant à l’âge de 3 ans, un changement profond. Un camion la percute gravement et la met dans un état d’invalidité durant une longue période, au cours de laquelle elle est confiée aux religieuses de St Vincent de Paul. C’est le départ d’une initiation à la musique et à la foi. Un long combat pour la reconstruction où, comme pour faire noble contrepoids, les prémices du don de la voix font leur apparition.

Malika n’aura de cesse de cultiver celui-ci en parallèle d’études réussies de comptable. A l’âge de 35 ans, alors qu’elle doit choisir entre une carrière de comptable et celle d’artiste, elle se lance avec détermination dans celle de chanteuse lyrique et devient une Diva.

Son profil :

Malika Bellaribi-le-Moal, septième enfant d’une famille d’origine algérienne, est née en 1956 dans le bidonville de Nanterre, celui des Pâquerettes. C’est une artiste attentive, simple, rigoureuse, généreuse et engagée.

Elle mène une double vie publique : une carrière de soliste internationale depuis 1987 et une trajectoire de pédagogue, reconnue, couronnant sa notoriété dans le chant de lauriers porteurs d’expertise, de soutien, de renfort et de développement pour la vie en société. Son principal atout est sa voix rare de mezzo-soprano.

Ses distinctions :

Ses engagements lui ont valu d’être nommée aux grades suivants : Chevalier de l’ordre du mérite, Chevalier des Arts et des Lettres, Chevaliers de la Légion d’honneur le 1er janvier 2016, Officier de l’ordre des Arts et des Lettres. Elle est nommée en décembre 2019 Officier de l’ordre du mérite.

Ses qualités :

Malika Bellaribi-le-Moal peut chanter sur différents registres avec aisance et maîtrise.

Grâce à ses qualités vocales, son souci du détail, sa présence affirmée sur scène et sa capacité à communiquer ses émotions, elle sait restituer avec une sensibilité aiguisée toutes les palettes émotives contenues dans l’œuvre abordée. Qu’elle interprète l’une des plus dramatiques œuvres de l’opéra, l’air parmi les plus gais de l’opérette ou ceux religieux éminemment célèbres, elle donne libre cours à sa prestance et à sa gestuelle avec une justesse vivement appréciée.

Sa capacité à adapter sa tessiture de voix aux variations poussées, lui vaut d’avoir à son actif un répertoire de rôles révélateurs : elle est à l’aise pour tenir de grands rôles de mezzo mais également de soprano dramatique.

Son sens de l’analyse dans l’exploration de grandes œuvres lui permet d’accorder la résonance de son propre vécu à celle des rôles qu’elle incarne. Les résultats de ces défis relevés élèvent sa passion et le rendu de son travail aux plus hauts degrés d’intensité.

Son répertoire musical Malika Bellaribi-le-Moal se prévaut d’un répertoire étendu. Il fait appel et référence à des compositeurs ayant trait à différents styles et époques : des compositeurs de la période baroque, des compositeurs contemporains et les grands classiques du XVIIIe et XIXème siècle.

Autant de marges de manœuvre permettant à Malika d’aborder des œuvres très diverses et d’élargir son champ de créativité. Ce qui répond à sa volonté de toujours se surpasser et de surprendre son public.

Sa discographie :

Malika Bellaribi-le-Moal a enregistré 3 albums : «Melting’op», «les héroïnes de la méditerranée», «Récital à Gaveau». Récital à Gaveau – LIVE !!! (juillet 1998 – label: VED)

Les héroïnes de la méditerranée (mars 2003 – label: DIK Musique & VED) Melting Op’ (septembre 2012 – label: VED)

Ses publications :

Autobiographie : Malika Bellaribi-le-Moal a publié son autobiographie chez les éditions CalmannLévy « Les sandales blanches » en 2018.

Résumé Malika Bellaribi-le-Moal retrace le cheminement de sa vie au destin exceptionnel, d’une partie de son enfance difficile dans le bidonville de Nanterre à son triomphe de Diva aux diverses consécrations.

Un parcours atypique, semé d’embûches et de préjugés surmontés, dont elle met l’exemplarité au service du plus grand nombre. Notamment au profit des plus défavorisés auxquels elle rend accessibles toutes les voies de la reconstruction, par l’enseignement à titre gracieux d’une technique d’apprentissage et d’un développement personnel.

Ouvrage multisupports :

Malika Bellaribi-le-Moal a publié en 2020 chez les éditions Nathan un ouvrage multisupports « Le chant pour mieux apprendre » qui comprend : Un guide pédagogique, des cartes présentant les différentes postures, des tutoriels vidéos sur la chaîne Youtube de Lea , de l’audio : extraits d’opéra et chants populaires chantés par l’auteure.

Description : Le chant pour mieux apprendre : Un dispositif de Malika Bellaribi Le-Moal, propose de revêtir le costume de chef d’orchestre et de transformer les élèves en instruments de musique pour leur apprendre à gérer leurs émotions, à maîtriser leurs corps, à les sensibiliser à la musique et à travailler sur la cohésion de groupe.

Cet ouvrage associe le chant et la psychologie à travers des séances structurées en 3 temps : exercice de découverte de la pratique du chant par le corps ( travail sur le souffle, sur l’interprétation, les sentiments à travers une chanson du patrimoine français ), exploration du son et des émotions ( répétition du temps 1 avec transposition sur un air de musique classique ), restitution du cours ( ressentis, temps de parole des élèves ).

Ses films :

Le travail de Malika Bellaribi-le-Moal auprès des personnes fragilisées à récemment fait l’objet d’un court métrage commandé par la 3ème scène de l’Opéra de Paris. Ce film intitulé «De la joie dans ce combat», réalisé par Jean Gabriel Périot sur une musique de Thierry Escaich a déjà remporté un prix lors du festival des courts métrages à Madrid.

En 2021 est prévue la sortie du téléfilm d’ 1 H 30 en première diffusion sur France 3 “ Les sandales blanches ”, adapté du roman de Malika Bellaribi-le-Moal. Le personnage de Malika est incarné par Amel Bent, chanteuse.

Synopsis : Les sandales blanches Début des années 1960, dans le bidonville algérien de Nanterre. Malika a cinq ans. Sa mère vient de lui acheter une paire de sandales neuves. Des sandales si blanches que la fillette ne les quitte pas des yeux et ne voit pas le camion qui recule. C’est le début d’années d’hôpital, d’opérations à répétition, de lutte et de souffrance.

Des années loin des siens durant lesquels Malika, confiée à des bonnes sœurs et des infirmières catholiques, va découvrir la messe et à travers elle deux arts : la musique et le chant. Dès lors, affrontant le racisme d’une société française qui peine à évacuer les troubles de la Guerre d’Algérie et butant contre les aprioris tenaces de sa propre communauté, Malika va suivre son rêve. Elle va déplacer des montagnes pour devenir celle que toutes et tous appelleront un jour  » la Diva des banlieues « .

Chronologie du parcours artistique :

De 1994 à 2004 Récitals au théâtre du Renard-Paris.

1996 – 1997 : Récitals à la talle Cortot- Paris.

1998 :Récitals à la talle Gaveau – Paris. Création du spectacle « L’Opéra dans tous ses états » mis en scène par Belkacem Tatem.

1999 Création du spectacle « L’Espagne de nos Amours » pour la Salle Pleyel – Paris.

2000 Création du spectacle « Les Héroïnes de la Méditerranée » mis en scène par Cyril Roche.

2001 Festival Strasbourg Méditerranée, Unesco (Paris), Creil, St André les vergers… « Les héroïnes de la méditerranée » et « Grands airs d’opéra» au théâtre du Renard – Paris.

2002 Création du spectacle « L’Opéra et ses petites fatalités » pour le théâtre du Renard – Paris.

2003 « Les Héroïnes de la Méditerranée » Opéra de Strasbourg, festival Onze bouge, auditorium St Germain des Près…

2004 Création du festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Opéra « Cavelleria Rusticana » de Pietro Mascagni

2005 Deuxième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». « Mignon » d’Ambroise Thomas au Théâtre du Renard – Paris

2006 Troisième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Récital « Sur les Airs de Rossini » au théâtre du Renard – Paris.

2007 Quatrième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Création du spectacle « Carmen, citoyenne ? », mis en scène par Gilbert Carsoux – au Café de la Danse à Paris.

2008 Cinquième édition du festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». « Les Aventurières » un spectacle sur des airs de Mozart et de Rossini au théâtre « Le Passage vers les Étoiles » à Paris. Le 8 octobre, parution du roman autobiographique « les sandales blanches » chez Calmann-Lévy.

2009 Sixième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Création de « Samson et Dalila » pour le théâtre « Le Passage vers les étoiles » à Paris.

Le 15 mai 2009, Malika reçoit la distinction de Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

2010 Septième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Spectacle « Carmen, citoyenne ? » au théâtre l’Avant-seine de Colombes et à l’Unesco à Paris.

2011 Huitième édition du Festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Spectacle « Drames et légèretés de l’Amour » d’après l’opéra « Il Trovatore » de Verdi, avec l’orchestre philharmonique de la RATP.

Malika reçoit le prix de la Femme Dynamisante Clarins 2011.

2012 Neuvième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Création d’un nouveau spectacle « Samson et Dalila » d’après l’opéra de Camille Saint-Saëns.

Le 7 mars 2012, Malika reçoit la distinction de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

2013 Dixième édition du festival de chant lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Création d’un nouveau spectacle « Le Barbier de Séville » d’après l’opéra de G.Rossini.

2014 Onzième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Création d’un nouveau spectacle « La Belle Hélène » d’après l’œuvre d’Offenbach.

2015 Douzième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne ». Spectacle « Carmen, citoyenne ? » d’après l’opéra de G.Bizet. Récital « Airs sacrés et Lieder » – salle Cortot.

2016 Treizième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne » Malika Bellaribi Le Moal est nommée au grade de chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur par le Premier ministre Manuel Valls. Spectacle « Cavaleria Rusticana » de Pietro Mascagni

2017 Quatorzième festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne » Spectacle « Le Barbier de Séville » d’après l’opéra de G.Rossini.

2018 15e festival lyrique « De bouche à oreille en Gascogne » Spectacle « La Presque Grande Duchesse d’environ Gerolstein » d’après Jacques Offenbach Les joyaux du Midsummer Château d’Hardelot 1 rue de la source, 62360 Condette La presque Grande Duchesse d’environ Gérolstein Festival Dialogue en humanité au Parc de la tête d’or, 69006 Lyon La presque Grande Duchesse d’environ Gérolstein Festival Dialogue en humanité au Parc de la tête d’or, Place Saint-Jean, 69005 Lyon Festival de Bouche à Oreille en Gascogne Enceinte fortifiée, 32100 Larresingle Festival de Bouche à Oreille en Gascogne Eglise de Gondrin, 32330, Gondrin La presque Grande Duchesse d’environ Gérolstein Eplanade de Gondrin, 32330, Gondrin La presque Grande Duchesse d’environ Gérolstein CCO Jean Pierre Lachaize à Villeurbanne, 69100 La presque Grande Duchesse d’environ Gérolstein Centre Culturel Algérien de Paris

2019 Le barbier de Séville Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption de Lescar Fête de la musique à l’Autre Soie Temple protestant Théodore Monod à Vaulx-en-Velin Dialogues en Humanité Parc de la tête d’or à Lyon 69006 Dialogues en Humanité Parvis de la Cathédrale Saint-Jean à Lyon 69005 16e Festival de Bouche à Oreille Eglise de Gondrin 16e Festival de Bouche à Oreille Larressingle 16e Festival de Bouche à Oreille Salle des fêtes de Gondrin Didon et Énée Préau du lycée Alfred de Musset // 24 rue Alfred de Musset 69100 Villeurbanne

2020 Didon et Énée Salle Charlie Chaplin à Vaulx-en-Velin